Presenting at MPSA 2017 in Chicago

Dear reader!

Time to get back into the field of academia and research and share with esteemed colleagues the latest from the field.

This year, one can find me at the 75th annual MPSA conference to be held in Chicago from April 6th – 10th, 2017 at the Hilton Palmer House.

With a packed schedule, you can listen to my findings in the following tracks:

1.) On political mediation: Political Mediation

2.) On the Africanization of democracy: Elections

3.) On International Relations in Africa: International Relations in Africa

4.) On non-violent resistance and the Battle for Freedom: Non-violent resistance

And follow me under @urduz and #MPSA17

Posted in Uncategorized | Leave a comment

Prudence or caution? ECOWAS interventions

Dear reader.

Good to have you back.

Many of the African experts wonder whether ECOWAS’ most recent intervention in The Gambia marks a turning point in the history of the community’s unstable dealing with challenges to peace and security in the region.

Likely not.

The overall trend in West Africa suggests that ECOWAS takes political crisis case by case, and that its m.o. is to proceed with caution.

Three cases in point:

1.) In Niger in 2009, then President Mamadou Tandja forced through a referendum under flawed voting conditions that lifted the country’s two-term presidential limit. In response, ECOWAS said it no longer recognized Tandja as Niger’s president and demanded that he step down – but a military intervention was not in the works. Tandja was ultimately removed by his own military, which turned over power to a new civilian government in 2001.

2.) In Senegal in 2012, when then President Abdoulaye Wade was running for a third term, Wade argued that Senegals’ two-term limit did not apply to him, since his first term had started before the limit was imposed. His opponents viewed his candidacy as unconstitutional. ECOWAS promised a compromise: If elected, Wade should serve a two year term and then hold elections. Military intervention was, again, not on the table. Perhaps fortunately for ECOWAS, Wade list the election, rendering the compromise moot.

3.) In Mali in 2012, a complex crisis took shape that included a coup against the outgoing president, a separatist rebellion and a jihadi occupation of the northern cities. After the coup, ECOWAS swiftly imposed sanctions that pushed the coup leaders to step down in exchange for amnesty. Putting Mali back together again, however, was more difficult. The coup leaders initially retrained significant influence in politics, and northern Mali remained in jihadi hands for months. ECOWAS slowly prepared for a military intervention, but in January 2013, when the jihadis pushed into Central Mali, it was France that invaded.

While a bit of a different context, the case of Guinea-Bissau shows ECOWAS becoming more embroiled as an actor to the conflict than as an actual mediator.

In the Gambia, a many supporting factors came together, not without mentioning the fact that Jammeh did successfully negotiate immunity for himself.

Guinea-Bissau, Cote d’Ivoire and Mali still need to see a stronger and more robust ECOWAS take responsibility and overcome the internal schism created among its members.

See you then.

Best,

P

Posted in Uncategorized | Leave a comment

Essential mediation skills

Dear reader.
Good to have you back.

I get asked what I consider to be the most important skills in mediation.

Three things are important when it comes to political mediation: (1) good management: you need to understand the context, the history of the conflict, the parties involved, and those who can be a positive force for change and those who can be detrimental to the peace process. You also need to have patience, empathy and the ability to forge alliances and coalitions of those interested in the peace process. Finally, you need to be mentally and physically healthy as the job is very challenging and stressful. (2) good will: we face many difficult conflicts, especially those that are violent and against humanity – while it is at time difficult to do so, assume that the people you are dealing with at the negotiation table have good intentions. They are still people. And you have to find a way to deal with them as people. You will need to carefully distinguish between the human in front of you and the person with an agenda. There are also many other actors who are willing and ready to help you out. It has worked out quite well for me to have a network of like minded individuals. (3) good luck: though we love to be in control as human beings, there are times when things are outside of your control. The only thing you can do for yourself and for the people around you is to set the path, but let them do the journey on their own. Sometimes it works, sometimes not. At times, you have a break through as a mediator, most times not. You have to learn how to live with mistakes and failures without guilt.

In mediation, especially in international conflict, cultural differences matter a lot. Be it the way you start of the mediation (the arrangements of the tables or allowing an elder or traditional leader to speak first) or the way you phrase your sentences. It is essential to distinguish between what is being said and what is being said. Typically, this happens at the same time: For example, someone at the negotiation table may say: Yes, I think this is possible. But in the same breath he/she says that to make things happen, we need more time, money, or I have to talk to my superiors or my people. The way people think, process information, articulate their needs differs a lot from one culture to another. I don’t think that this is something one can learn; it is a competence that is innate (within you) and that you have to cultivate.

There are minor, but felt differences between traditional (domestic or commercial) and political mediation. When I was practicing as a divorce mediator, I had a case where I waited for the couple to return to the session on the next day, only to receive a text from both that they do not need mediation any longer and that there have been able to amicably settle their differences. In this sense, domestic and international mediation do not differ very much in regards to the fear, anger, and frustration felt by the conflicting parties. Apart from non-state armed groups that use terrorism as ideology, most armed groups fight the government because of unheard grievances, that build up to resistance and rebellion because of a politics of exclusion and marginalization. The same takes place with couples and relationships. Once you are able to reframe the issues of anger and powerlessness, you do not need to intervene any longer as you need to trust that parties will be able to move forward on their own. Conflicts are part of life, but you can try to make them less destructive and more constructive.

Yet, political mediation differs from the rest through the three following dimensions:
1.) Political mediation is highly contextual. Therefore there is a lack of an authoritative figure, such as the mediator in domestic mediation setting, therefore exposing the mediator to a messy, muddled and complex mediation environment, where his/her roles are constantly shifting and legitimacy is conferred by both the mandating organizations and the parties at the negotiation table;
2.) Political mediation puts a different pressure onto the mediator as his/her task is pretty simple and straightforward, yet very daunting: stop the violence and work toward hindering the resurgence of violence;
3.) Political mediation necessitates a different approach, not compatible with the traditional principles of mediation, especially the principle of mediation being voluntary. In most cases, political mediation is carried out with the option of peace enforcement and a highly manipulative mediator, in order to move the parties toward quick conflict containment. Depending on the context and the situation, the mediator may opt to resort to international contact groups or joint mediation missions in order to bring parties to a negotiated settlement.

Check back in soon!
Best,
P.

Posted in Uncategorized | Leave a comment

Principles of political mediation

Dear reader. 

It has been quite a while since I was able to share anything of substance on this blog. To be honest, I didn’t forget about you. Rather, I was busy responding to my commitments, which, as you know, not only took me into the world but also into some action. 

I have also learned a few things:

  • For the past decade and more, not much substance has been added to the field of conflict resolution, leaving mediation hanging dry and without basic epistemology;
  • While there are great differences between traditional, commercial and political mediation (and even with international negotiations), the practice remains unphased by these important details as they relate to the What and the How of mediation (and sometimes even the When)

That being said, and in my quest to remain short and concise in order to invite for more thoughts to flow, I would like to share with you my understanding of the principles of political mediation (in case that you are looking for a definition, please see an earlier publication on this issue):

  • Contextualitity: political mediation is played out at the highest level of state diplomacy, including access to government level resources and capacities. The mandate given to a high level mediator also emanates from an institution typically mandated to address and to contain violence and conflict in its area of operations. Thus, all mediation is contextual. 
  • Driven by the mandate: the mandate is the legal roadmap for the intervention. Nothing happens without or outside of the mandate (which then allows to clearly define what mediation support means, what is invoked and what it looks like).
  • Focus on the parties: everything that happens within the mediation activity needs to be driven by the parties. It has to be consensual, unanimous and inclusive. 
  • Timing: the When of mediation or its suitability, in addition to whether High Power or Low Power Neutral Mediation is suited to curb the violence, is critical. 
  • Sequencing: At the political level, mediation is not a single activity but embedded within a range of peacemaking activities, coordination with early warning and liaison with peace enforcement. Additionally, relevant international organizations work hand in hand to get the settlement going. Subsidiarity and tight communication between international actors is crucial and paramount to the success of the intervention. 
  • Humility: whereas the mediator receives a clear mandate to engage the antagonists, he/she should not ‘overdo’ it. A modest, humble and culturally sensitive approach is crucial for a good mediator. 
  • Leadership: leadership is a choice and cannot be learned. The mediator needs to lead, manage and coordinate various mediation teams and take ownership of the process (parties take ownership of the outcome of the agreement). 

These are my thoughts. Happy to listen to yours. 

Best,

P

Posted in Uncategorized | Leave a comment

My new mediation study is out!

This paper provides a study of mediation experiences from different periodic and country contexts. It investigates elements that are key to mediation effectiveness. For the expert reader, it provides insights into the complexities of political mediation through four decidedly intricate cases. For the newcomer to the field of mediation, it provides an analytic and narrative account of mediation as an instrument of peacemaking.
The study is framed by an introduction, which defines the essence of political mediation as a means of conflict regulation; a description of the variables that distinguish conflict regulation from other means of conflict resolution; and lessons learned from four qualitative case studies. From the insights into the four cases, we can deduce that mediation is a skillful adaptation to clear ambiguity and flexible arrangements.
Here is the link to the download: http://bricspolicycenter.org/homolog/publicacoes/interna/7093?tipo=BPC%20Paper

Posted in conflict resolution, education, mediation, Uncategorized | Leave a comment

Back to Basics: The distinction between international negotiation and international mediation

Dear reader.
Great to see that you are returning to this blog.
Part of my interest in mediation and research is less about reporting the canon on mediation scholarship and practice available ‘out there’. I believe that there are scholars and practitioners who are more apt and adept at reveling into the deeper epistemology of third party intervention.

Yet, and while deployed on missions or capacity-building activities, I have observed that there is a profound confusion between the concepts of international negotiation and international mediation when it comes to the basics. In all observed cases, there is rather a utilitarian approach to mediation, whereby mediation provides the overall framework, yet the basic moves of parties and negotiators are pure bargaining tactics. While I do believe that there are contexts that lend to this type of process driven instrumentality of mediation, I also do think that blurring the lines does not necessarily help to advance the innovative ways to revolutionize communication in conflict settings, one of which is mediation.

As a continuation of my research, which focuses on a re-positioning of mediation as a viable tool to overcome disputant’s goals in entrenched conflict settings, I wanted to post a brief opinion on mediation as distinct to negotiation.

Often, audiences think of mediation in the international realm as a one man/woman show, with a powerful or credible go-between, who has the leadership skills and credentials of a Nelson Mandela, Kofi Annan or Jimmy Carter, to ‘fuse divergent perceptions into mutual goals’ (my definition). Albeit being supported by a herd of technical supporters and experts, the narrative is that of a lone wolf, who tries to shepherd and cajole the parties into a new constructed way to communicated grievances in a new political space. Some innovative corrections to this assumption stem from the concept of using mediation at the track 1,5 level, whereby powerful power brokers, acting across different lines of self-interest are able to bring together a diverse range of stakeholders. Or, the efforts of ‘neutral/insider’ mediators, at the track 2 level, and superbly embodied by the International Contact Group (http://www.centrepeaceconflictstudies.org/wp-content/uploads/Innovation-in-Mediation-Support.pdf).

My emphasis here is that mediation is quite different and that this new understanding of mediation is not only relevant at the track 1,5 or track 2 level, but also at the top-level of political mediation. As the world becomes more multipolar, eschewing binary dimensions, so does mediation come more and more into the fore of being the mechanism of choice to engage wicked problems. As such, and as I have stated in previous posts and publication, mediation needs to be seen as a trajectory rather than a process driver that brings about an agreement (whether comprehensive or partial). The trajectory works along the lines of process-context-outcome. This involves mediation, placing the parties at the center of the intervener’s attention, and employing a whole ‘battery’ (excuse the military term) of intervention methods (not only those from the international affairs realm), to provide creative and innovative ways at how parties can address their incompatibilities (Wallensteen, 2011), transform the context they were in, and move toward resolution.

In all cases I have participated in, proficient and lead mediators are already using the best practices in mediation: fostering trust through confidence-building measures, problem-solving through a series of agreements, and leveraging assistance and resources through the deployment of technical and financial resources (also together with Friends of Mediation). The trick in this domain is to be able to extract concessions from the parties that can make those agreements work (and that allow the negotiating parties to sell these concessions to their constituents) and overcome potential lack of political will. This is at times where the impact of mediation is rather unclear and not really addressed by research. This makes sense – this is the bread and butter of a mediator’s credibility and legitimacy. And it usually happens behind closed doors.

It is in this vein that I argue to conduct more research, tell more stories, get deeper insights on how mediators shape their environment.

On my end, I am engaging into shaping the discourse as I believe that most capacity-building curricula in the field are overdue for review. And, while there are some agencies employing new terminology and concepts to shape the discourse, those approaches are not steeped in multi-disciplinary research, which would then form the grounded theory from which coming mediators can nurture their new beliefs and world views.

Fluidity and ambiguity are not new paradigms. They have always been there, but we have been rather challenged by this complexity and instead of embracing it, we are again driven by a need to control our environment, thereby employing new approaches and ways, that are as helpful as seeing the world in binaries. As long as we think in Results-Based-Management terms and as long as disciplines still operate in silos, there is no discourse of scholar-practice as envisioned by many in the field. In this sense, it is less about emotional intelligence but rather maturity, not based on leadership, but on expertise and experience that will propel us forward.

Posted in Uncategorized | Leave a comment

Elections in Africa – the presidential elections in Benin

Dear reader!
Welcome back to my blog.
It has been quiet for a few days, yet I have been working on deployment in West Africa on election issues.
Since the continent will see a wage of African elections to take place in 2016 (with Niger and Uganda already in pole position of presidential elections Febr. 21st and Febr. 18th, 2016 respectively), I thought I’d share with you an analysis and assessment of the electoral situation in Benin, which will undergo its first round of presidential elections as of March 6th, 2016.

As I have been working in the field and in French, I am posting this edited brief in French, inviting you to either refresh your French speaking skills or to make use of Google Translate, in order to get the main idea of a historical, but highly contested election.

Benin has been and still is the poster child (apart from Cape Verde) of successful democratization process in West Africa, since the national conference in 1990 and the new constitution in 1991, and coming out of a series of coups (next post. Yet, there is a lack of governance, rendering the state weak and vulnerable to external shocks.

Therefore, it is imperative to start looking at some of the root causes of state fragility, starting with the electoral system, geared to reinforce institutionalization and governance. In Benin, the trigger point for voters’ dissatisfaction with an allegedly fraudulent system, is expressed through the concept of majority vote – or electoral KO. While this is an inherent technicality and depending on the electoral system an integral part of the voting game, it can be the tipping point for a range of electoral irregularities. If the political climate is conducive to entertain notions of fraud, based on rumors and seized upon by self-interest groups, then an electoral win based on absolute majority is seen skeptical and can, at times, be the conflict enable for violence and protests in the streets. In Benin, a multitude of factors lead to the presenting issue of electoral KO. Let’s uncover some of the underlying root causes.

(In French)

La notion du KO électoral qui n’existait pas dans le processus électoral est actuellement utilisée pour expliquer la victoire d’un candidat au premier tour dans un scrutin à deux tours. En effet, selon l’article 41 de la Constitution béninoise du 11 décembre 1990 : « Le président de la République est élu à la majorité absolue des suffrages exprimés. Si celle-ci n’est pas obtenue au premier tour du scrutin, il est procédé, dans un délai de quinze jours, à un
second tour. Seuls peuvent se présenter au second tour de scrutin les deux candidats qui ont recueilli le plus grand nombre de suffrages au premier tour. En cas de désistement de l’un ou l’autre des deux candidats, les suivants se présentent dans l’ordre de leur classement après le premier scrutin.
Est déclaré élu au second tour le candidat ayant recueilli la majorité relative des suffrages exprimés ». A la lecture de cet article, le président de la République du Bénin est élu à la majorité absolue des suffrages exprimés au premier tour. Lors d’une élection, pour obtenir la majorité absolue, il faut que 50 % + 1 voix des suffrages exprimés (votes valides, non blanc) soit pour une personne, un parti…

Encore appelé en anglais «absolute majority », la majorité absolue est la moitié des voix plus un parmi tous les individus votants. Le KO dans le langage populaire du processus électoral est l’obtention de cette majorité absolue par un candidat ou un parti politique au premier tour. Dans le cas des élections présidentielles au Bénin, c’est le candidat ayant obtenu la majorité absolue des suffrages exprimés au premier tour qui remporte le scrutin par KO. Cette notion qui n’est apparue au Bénin du renouveau démocratique qu’aux élections présidentielles de 2011 semble être d’actualité en cette veille de scrutin au vu des alliances qui se nouent. Ainsi, des voix se lèvent pour annoncer le KO en faveur de leur candidat le soir du 6 mars 2016. Bien que le KO au scrutin du 6 mars 2016 n’est pas écarté si un candidat obtient « lamajorité absolue des suffrages exprimés au premier tour », le KO à l’image de celui de2011 fait dans un cafouillage total n’est plus possible aujourd’hui. Une analyse des dispositions législatives confirment bien notre position.

Les caractéristiques du KO de 2011 :
Pour ceux qui se rappellent encore, le processus électoral en 2011 a été émaillé
d’incidents, de crises et surtout de beaucoup de polémiques notamment au sujet de la Liste Electorale Permanente Informatisée (LEPI). L’enrôlement des citoyens sur la LEPI a continué jusqu’à la veille du scrutin. Une confusion au niveau des bureaux de vote, l’absence des bulletins de vote dans des bureaux de vote, l’utilisation de l’hélicoptère présidentiel pour acheminer des bulletins de vote, le manque de formation des agents électoraux ont entre autres justifié la mauvaise organisation caractérisée du scrutin. La Cour Constitutionnelle, Institution chargée de veiller sur les élections présidentielles a dû prendre de nombreuses décisions quelques fois incohérentes pour sauver le processus électoral dans l’impasse. On peut citer à titre d’exemple la décision DCC EP 11-
052 du 31 Mars 2011 dans laquelle la Cour Constitutionnelle présidée par Maitre Robert DOSSOU a dû indiquer que l’absence de la publication de la liste électorale permanente informatisée (LEPI) dans le journal officiel et sur le site internet de la CPS-LEPI est dû au manque de temps nécessaire de la CPS et de la MIRENA et que cette exigence législative qui n’a pas été respectée ne viole pas la loi électorale contrairement à ce que prévoit la loi.
Les acteurs politiques béninois pour bien situer le contexte du KO de 2011 se sont prononcés ; on peut citer certains propos :
« Serein et certain d’être en tête avec 44 % des voix », avant l’annonce des résultats, Maître Adrien Houngbédji, le candidat de l’opposition a indiqué à jeuneafrique.com que : «nous n’allons pas nous laisser voler notre victoire, des fraudes massives notamment dans le nord du pays ». « Après la fraude artisanale, nous sommes passés à la fraude industrielle et informatique », dénonce Lehady Soglo, le président de la Renaissance du Bénin (RB). Plus récemment, c’est Monsieur Moussa Aboubacar Coffè, membre de l’Alliance And qui est revenu sur le scrutin de 2011 en déclarant que : « lors de l’élection de 2011, il y a eu toute une organisation autour du K.O de Boni YAYI. Des urnes en doublons et transvasées en cours de chemin, des bulletins pré-cachetés, des PV (procès verbaux de bureaux de vote) repris, et des membres de bureau de vote intéressés sous le regard des forces de l’ordre instruits ainsi que les représentants des autres partis (politiques) renvoyés car impuissants voire menacés. C’est ainsi que s’organise le K.O…», a en croire Moussa Aboubacar Coffè.

Cette situation décrite par les acteurs politiques et constatée par les citoyens eux-mêmes a favorisé les fraudes et les écarts observés lors des élections du 13 mars 2011. La Cour Constitutionnelle face à cette situation chaotique a été obligée de faire une autre séance avec toutes les institutions impliquées dans les élections pour avoir les points sur les deux sujets que sont :
– La liste exhaustive des bureaux de cote et leur localisation géographique
– Le nombre total d’électeurs inscrits….
Si après le premier tour la Cour Constitutionnelle elle-même a été obligée de rechercher une cohérence dans les points fondamentaux sur l’élection comme elle-même l’a affirmé à la page 30 de son rapport d’évaluation des élections présidentielles et législatives de 2011.
Il suffit de lire l’extrait suivant du rapport d’évaluation de la Cour Constitutionnelle pour s’en convaincre :
« Soucieuse d’une gestion sans accroc du processus électoral et bien que le premier tour de l’élection présidentielle ait déjà eu lieu le 13 mars 2011, la Cour a encore organisé le 17 mars 2011 une rencontre conjointe avec la CENA, la CPS, la MIRENA et le PAREL aux fins, d’une part, de vérifier si tous les organes de gestion des élections disposaient des mêmes données sur des points fondamentaux comme la liste exhaustive des bureaux de vote et leur localisation géographique, le nombre total d’électeurs inscrits, les instructions données par la CENA par exemple au sujet des votes par dérogation, notamment suite à la loi spéciale d’habilitation du 04 mars 2011, d’autre part, de s’assurer qu’elle disposait des mêmes fichiers que la CENA ».
Au finish, nous sommes allées aux élections présidentielles de 2011 sans connaitre :
• La liste effective des inscrits sur la Liste électorale permanente informatisée ;
• la liste des quartiers de villes et village que comporte notre pays où nous pouvons
installer les bureaux de vote ;
• la liste de tous les bureaux de vote qui sont sur le territoire national.

A tout cela, il faut ajouter :
Les problèmes liés au vote par dérogation. En effet, à quelques jours du scrutin, il a été constaté que des compatriotes avaient leur carte alors que leur nom ne figurait pas sur les listes d’émargement, d’autres avaient leur nom mais n’avaient pas de carte d’électeur. Selon le président de la CENA, « ces problèmes sont dus aux pannes d’électricités lors du transfert des données du serveur central soit vers le serveur destiné à imprimer les cartes, soit vers le serveur destiné à imprimer les listes. Les cartes et les listes ne sont pas imprimées à partir du serveur central ». Doit-on rappeler que plus de 70 kits étaient bloqués et les données qu’ils contenaient n’avaient pu être transférées dans le serveur central ? Les personnes concernées n’avaient ni carte ni leur nom sur aucune liste, mais détenaient leur récépissé d’enregistrement. Il était important de trouver un mécanisme pour faire voter toutes ces
personnes. Puis s’est ajouté le règlement de tous ceux qui ont été enrôlés grâce à la loi spéciale d’habilitation du 04 Mars 2011.
La question de la formation et du professionnalisme des membres des bureaux de vote et la transparence qui doit entourer la centralisation des résultats et leur acheminement vers la CENA. L’absence de ces éléments fondamentaux pour le scrutin du 13 mars 2011 a favorisé la confusion et aussi le KO observé.
Mais face à cette situation, le législateur béninois pour une première fois, a donné les réponses appropriées à partir de l’année 2013.
En effet, le premier acte salutaire qu’a posé le législateur béninois en vue de rendre nos élections transparentes et crédibles est l’adoption de la loi n°2013-05 du 27 mai 2013 portant création, organisation, attribution et fonctionnement des unités administratives locales en République. Cette loi a déterminé les conditions dans lesquelles les unités administratives locales sont créées et leur fonctionnement. C’est avec cette loi que nous savons clairement que le Bénin compte 5290 villages et quartiers de ville. Cette loi a favorisé une deuxième loi importante prise le 3 Septembre 2013 sous le numéro loi 2013-09 portant détermination de la carte électorale et fixation des centres de vote en
République du Bénin. Cette deuxième loi prise par le législateur béninois complète la loi portant Organisation du Recensement Electoral National Approfondi (RENA) et établissement de la LEPI, détermine la cartographie électorale et fixe les centres de vote en République du Bénin. Cette loi qui n’existait pas en 2011 a désormais fixé les conditions de la cartographie
électorale. On peut citer entre autres, la production des cartes géographiques de repérage des lieux d’implantation des centres de vote à partir du chef-lieu de l’arrondissement, l’identification du nombre de salles pouvant abriter les postes de vote dans un centre de vote, la localisation des centres de vote, le nombre d’électeurs par poste de vote, le codage des centres de vote, l’obligation légale d’accompagner la LEPI de la liste des centres de vote et des postes de vote avec le nombre d’électeurs par poste de vote.…

Cette loi qui est une révolution dans le système électoral permet d’avoir les points fondamentaux pour les élections. Il s’agit en plus de la liste effective des inscrits qui n’était pas disponible à l’occasion de l’élection présidentielle de 2011, d’avoir plus d’un mois avant le scrutin, tous les centres de vote avec leur identification parfaite pour les
candidats d’une part, et les électeurs d’autre part.
C’est aisé aujourd’hui de savoir que pour les élections du 6 mars 2016, nous avons 7964 centres de vote constitués de 13664 bureaux de vote avec 4.746 348 électeurs inscrits. Aujourd’hui, nous pouvons déterminer la majorité absolue des suffrages exprimés donc connaitre approximativement avant le scrutin le sulfrage qui peut amener à une élection d’un candidat au premier tour contrairement à ce que nous avons connu en 2011. Dans le respect de cette loi, il est presqu’impossible aujourd’hui d’avoir des bureaux de vote fictifs, des bourrages d’urnes comme l’ont déploré les acteurs politiques au cours des élections de 2011. En plus de tout cela, nous connaissons clairement plus d’un mois avant le scrutin le nombre des électeurs et les postes de vote par département. Ce faisant nous savons que c’est le Département de l’Atlantique qui compte le plus grand nombre d’électeurs soit 727.305 électeurs et la Donga le plus petit nombre d’électeur soit 208.373 électeurs. Cette révolution permet aux candidats de se préparer à la compétition et de pouvoir suivre s’ils sont bien organisés la situation du vote sur l’ensemble du territoire national. En plus de cette cartographie électorale, le législateur a pris d’autres mesures
complémentaires dans le code électoral pour sécuriser le vote afin d’éviter la mauvaise organisation et le flou qui entoure les scrutins au Bénin.

– La professionnalisation des agents électoraux dans les postes de vote :
N’est plus dans les postes de vote qui veut. Le législateur a indiqué à l’article 76 du code électoral que le président du poste de vote est désigné parmi les cadres A ou B ou équivalent en activité ou à la retraite résidant dans le département. Les assesseurs composant les postes de vote seront titulaires du baccalauréat ou d’un niveau équivalent. Chaque candidat au poste de vote doit au préalable déposer sa signature dans un registre mis à la disposition du coordonnateur d’arrondissement par la Commission électorale nationale autonome (CENA). Ce registre doit être signé et paraphé par la Commission électorale nationale autonome (CENA). La liste des membres des postes de vote doit être publiée par la Commission électorale nationale autonome (CENA) au plus tard quinze (15)jours avant la date du scrutin. A ce dispositif, le législateur à l’article 28 du code électoral a ajouté le coordonnateur d’arrondissement. Désigné par la CENA, le coordonnateur d’arrondissement est chargé de superviser toutes les actions relatives à l’organisation et au déroulement du vote.
Le coordonnateur est désigné prioritairement parmi les magistrats encore en exercice ou à la retraite, les avocats inscrits au barreau, les greffiers en chef titulaires de maîtrise en droit ayant au moins cinq (05) années d’exercice, les greffiers en chef ayant vingt (20) années de pratique professionnelle, les greffiers ayant le niveau de maîtrise en droit (baccalauréat + 4 ans d’études supérieures) ayant au moins sept (07) ans d’exercice et les greffiers ayant plus de vingt (20) années d’exercice. A défaut de magistrat, d’avocat ou de greffier, le coordonnateur d’arrondissement peut être désigné parmi les administrateurs civils en fonction ou à la retraite. En clair, pour être coordonnateur, il faut être un cadre supérieur et un professionnel de droit.
Cette réforme devrait limiter les erreurs et les manipulations des procès-verbaux et éviter l’annulation massive des votes par la Cour Constitutionnelle car la responsabilité des agents électoraux sera engagée et les sanctions prévues dans le code électoral sont lourdes pour les agents électoraux.

– Sécurisation du matériel électoral et surtout les urnes et autres documents électoraux :
o La sécurisation de bulletins de vote par les cachets d’identification et d’authentification du bulletin de vote :
Selon l’article 71 du code électoral, on peut lire qu’après l’ouverture de l’enveloppe portant les cachets d’identification et d’authentification du bulletin de vote, le président du poste de vote demande à un électeur présent sur les lieux, de poser au verso d’un bulletin de vote le cachet d’identification et d’authentification à un endroit de son choix. Il demande en outre à l’électeur d’indiquer le nombre de fois que ce cachet sera déposé sur le bulletin. Il fait constater à toute l’assistance le choix de l’électeur. Mention des deux (02) choix sera portée au procès-verbal avant le début des opérations de vote. Tous les bulletins de ce poste de vote seront marqués autant de fois et de la même manière que les deux (02) choix de l’électeur. Ce mécanisme qui n’existait pas au scrutin de 2011 ayant conduit au KO ne permet plus de pouvoir bourrer les urnes car les bulletins sont sécurisés suivant les critères édictés par le premier citoyen se retrouvant sur les lieux de vote au démarrage. Ce qui suppose que les choix de sécurisation des bulletins de vote n’est pas connu à l’avance par les agents électoraux.

Conformément à l’article 81, …le vote a lieu sur la base d’un bulletin unique comportant des symboles ou images facilement identifiables par les électeurs. Ce bulletin unique est de type uniforme et codé sur toute l’étendue du territoire national y compris les représentations diplomatiques et consulaires, pour les élections présidentielles. Le vote a lieu sans enveloppe. Les bulletins uniques sont présentés sous forme de bloc de cinquante (50) bulletins auto détachables sur des souches numérotées consécutivement. Les numéros des blocs de bulletin envoyés dans une commune doivent être consécutifs, puis répertoriés dans un registre signé et paraphé par tous les membres du bureau de la Commission électorale nationale autonome (CENA). Ils sont fournis par la Commission
électorale nationale autonome (CENA). Le jour du vote, ils sont mis à la disposition des électeurs dans le poste de vote en nombre au moins égal à celui des électeurs inscrits.
Procès-verbal en est dressé. La Commission électorale nationale autonome (CENA)
attribue en outre, à chaque poste de vote un cachet permettant l’identification et l’authentification des bulletins de vote de chaque poste de vote. Il est également à noter que les bulletins sont sous forme de bloc de 50 numérotés et
répertoriés dans un registre signé et paraphé par tous les membres du bureau de la Commission électorale nationale autonome (CENA). Si le mécanisme de sécurisation des registres détenant les numéros des bulletins déployés sur l’ensemble du territoire national est au niveau de tous les membres de la CENA, il est difficile à un membre de la CENA ou tout autre personne de mettre des bulletins dans le processus tant que tous les membres de la CENA ne donnent leur quitus. Ce mécanisme quoique simple n’a pas été mise en place pour l’élection de 2011 car a un moment donné du processus, le Président de la CENA avait, pour régler les questions d’organisation, autorisé l’envoie d’autres bulletins
par hélicoptère dans les bureaux de vote à l’insu des superviseurs des départements, membres de la CENA.

– La question de la procuration : Cette question qui était l’une des sources de polémique au cours du scrutin de 2011 a été également réglée par l’article 96 du code électoral quidispose que c’est la Commission électorale nationale autonome (CENA) qui établit les formulaires de procuration de vote conformément aux dispositions des articles 88 et 90 du présent code. Ces formulaires sont mis à la disposition des électeurs quinze (15) jours avant le jour du scrutin par la Commission électorale nationale autonome (CENA) ou les coordonnateurs d’arrondissement.

– La centralisation et la publication des résultats de vote :
Le dépouillement suit immédiatement la clôture du scrutin. Il est conduit sans désemparer jusqu’à son achèvement complet. Le dépouillement du scrutin est public. Immédiatement après le dépouillement, le résultat du scrutin est rendu public et affiché sur les lieux mêmes du vote. Dans la publication des résultats issus des postes de vote, la mention de leur caractère provisoire doit être obligatoirement indiquée. Les différents mécanismes prévus aujourd’hui par le législateur pour garantir la transparence des élections ne permettent pas d’admettre un KO à la manière du scrutin de mars 2011. Toutefois, pour permettre aux mécanismes de fonctionner et d’être efficace, il faut que tous les acteurs travaillent avec professionnalisme et sérieux. Qu’on évite la précipitation surtout dans le traitement des cartes d’électeurs qui reste l’élément majeur qui permet aux citoyens de participer au vote.

Posted in Uncategorized | Leave a comment